Le Sexe Gourmand, une expérience de l'écriture érotique

Ecrivains et auteurs :
Editeur :
Thèmes :
il y a 18 mois Suivre · Utile · Commenter

Avant d’expliquer pourquoi  ce premier recueil  érotique d’Aline Tosca m’a finalement plu et vivement intéressée,  je vais tout de suite me débarrasser des faiblesses que j’y ai trouvées, qu’il faut bien avouer, hélas. Ainsi les trop nombreuses fautes d’orthographe qu’on ne peut plus appeler coquilles et qui desservent bien sûr l’ouvrage (mais que font les correcteurs ?  Même les petites maisons d’édition devraient pouvoir faire ce travail de relecture, et  l’éditeur en personne s’il manque de moyens.) Et puis, les 34 premières pages …c’est à dire les 4  premiers textes  ne m’ont pas  convaincue  du tout,  la facilité des situations et une écriture trop rédactionnelle, presque scolaire n’ont rien éveillé en moi.  Le recueil comportant 127 pages, j’aurais pu renoncer...Et enfin, mais c’est tout à fait personnel, je n'apprécie pas trop ce qui ressemble de près ou de loin à de l’autofiction, n’aimant pas me retrouver dans les draps des auteurs ni dans leur intimité, ça épuise mon imaginaire…

   

Cela dit, la nouvelle suivante intitulée Mina,  joliment érotique, m’a  pourtant encouragée à poursuivre. L’écriture change soudainement, et en bien.  Mina, jeune collègue mariée,  inaccessible, met en émoi  la narratrice, la description de l’objet de son trouble est à la fois fragile et précise comme peut l’être une attirance entre femmes peu accoutumées à l’homosexualité  [...je rêve du parfum de ta culotte…je t’écrirais des lettres enflammées et  je disparaitrais tout le jour, ne répondant pas à tes appels…mais la nuit venue je troublerais ton sommeil…j’empoignerais tes seins comme on saisit une poignée de porte qui résiste…]

   

Ce n’est qu’au chapitre suivant, Pin-up, que je commence à subodorer ce qui anime Aline Tosca,  impression confirmée dans le dernier texte Epilogue  qui aurait d’ailleurs pu être placé en préambule. 

C’est flagrant :  Aline Tosca ne  dissocie pas


l’expérience de l’érotisme de celle de l’écriture.  Elle explore l’intime, les corps, le désir comme elle explore l’écriture, à bras le corps, traquant la tension, la musique, le rythme.   

Il m’est venu, page 41 puis page 49,  un nom d’écrivain à l’esprit,  celui de Marguerite Duras…Bien sûr je ne compare pas Aline Tosca à cet écrivain de grand talent, non, mais je reconnais dans sa façon de dire, d’écrire, des similitudes, un phrasé, une tension. D’ailleurs, j’avais bien deviné puisqu’elle la cite dans le dernier texte du recueil où elle avoue son admiration pour cet auteur.

L’expérience littéraire et  érotique que mène Aline Tosca en écrivant Le Sexe Gourmand  se distingue des productions  érotiques récentes. C’est fort intéressant et excitant. Mais elle doit encore s’affranchir du modèle durassien, trouver sa propre voix  et je gage que cela viendra bien vite,  quand Aline Tosca ne pensera plus à travailler son  style mais se laissera mener rien que par les mots et les émotions attrapés dans son filet à papillons.

Page  49, Chambre 100 :  […Il prend. La bouche, la langue. Il met. Les mains dans mes cheveux…] ..[ Parce qu’il me voit, là, il peut juger sur pièce, ça dépasse les mots et ça dépasse la voix. Il me voit et dedans aussi, il  peut scruter…]..[ ..Je suis là parce qu’à l’origine il y a la littérature.]..[les capitons, quand la jupe cintrée est à terre, ça la fout mal…] Ses mots sont simples mais puissants, ils ont une force propre, sans souci de construire des phrases  correctes ou jolies parce que la rigueur grammaticale et l’esthétique parfois font mentir les mots ordonnés. L’érotisme, les ressentis, les pulsions, le désir sont un désordre, ils ne s’accommodent  pas toujours des normes, des carcans, des convenances, ce sont des élans, des touches impressionnistes.  Ainsi Tea time , audacieux, l’air de rien, avec une grâce économe de moyens met en scène la narratrice/auteure qui s’offre au père des camarades de ses enfants qui jouent ensemble au jardin à quelques mètres, dans le lit conjugal de l’homme un peu effaré de faire ça là, dans le sacré de la chambre maritale.

Dans quasiment toutes ses nouvelles, Aline Tosca entretient un rapport ambigu entre la narratrice et ses personnages, mettant le lecteur en position de voyeur,  voyeur textuel, le tenant par ce fait un peu à l’écart.  Cette technique narrative est malgré tout une posture érotique. Il, elle, je, tu  alternent, rythment de façon presque poétique les scènes d’approches et d’étreintes. Les corps, les sexes ne sont érotiques que par le regard que pose la narratrice sur eux.


Bref, pour un coup d’essai,  même si le début  du recueil est à mes yeux passable, je trouve ce Sexe gourmand très prometteur !  

 

Anne Bert

 

Le sexe gourmand, éditions Terriciaë ,   janvier 2013 , 127 pages, 12 euros






 

il y a 18 mois Suivre · Utile · Commenter

à suivre sur le salon littéraire






RENTREE LITTERAIRE

Retrouvez les livres de la rentrée septembre 2014


  • LES RENCONTRES DU SALON

Retrouvez les dernières interviews du Salon littéraire : > Sylvie Nordheim > Tatiana de RosnayYasmina Khadra > Clarisse Mérigeot >  Philip Le Roy > Gérard Courant > Maria PourchetChristophe Gans > Stéphanie Janicot > Michel Serres 


 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

● CHRONIQUES

de Marc Villemain

Humeur et mauvaises humeurs de Gerald Messadié

José Correa

Emmanuelle de Boysson

Çà & là par 
Claude-Henri Rocquet 

de Joseph Vebret

La sélection littéraire 
d'Annick Geille

biographies et résumés d'oeuvres

 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

LE SALON EST PARTENAIRE DE



retrouvez nous aussi sur

Close

Connexion à Le Salon Littéraire

Connexion à Le Salon Littéraire
 
Inscription
Close

Voulez-vous utiliser la version mobile ?