Dans le tumulte des "déferlantes", Claudie Gallay déploie un grand livre sur la couardise humaine

Ecrivains et auteurs :
Editeur :
Thèmes :
il y a 2 ans Suivre · Utile · Commenter
Les  déferlantes. Ces grosses vagues que rien n’arrête. Qui brisent tout. Bateaux en mer. Digue à terre. Qui creusent les falaises de craie. Une musique aussi, la mer en furie. Comme un tremblement de terre. Les déferlantes sont aussi synonymes de grande tempête. C’est ici le début de ce récit. Une tempête à tout casser. Les hommes qui vont se terrer chez eux après avoir arrimé les bateaux. Cloué les volets. Et un homme qui pointe son nez. Là, sur les quais d’un petit village de pêcheurs. Non loin de la Hague. Dans le nord de la France, le Cotentin. Il semble ne pas se soucier du vent. De la pluie qui menace. Il a l’air chez lui. Sauf que personne ne le connaît. Il s’abrite sous le toit d’une terrasse de café et regarde passer le monstre. Puis il erre sur les quais en regardant les hommes qui viennent ramasser des planches. Des dizaines de planches tombées d’un porte-conteneur. Quand la vieille Nan vient lui tourner autour. Personne ne bouge. Plus un son ne sort de la bouche des hommes. La vieille folle est crainte par tous. Elle se plante sous le nez de l’inconnu. Et lui parle. Michel ? C’est bien toi ? Ce petit garçon disparu, lui aussi. Lors d’un naufrage, une nuit d’octobre 1967. Il sera le fil rouge. Ombre planant sur le récit. Jusqu’à la dernière ligne. 

Dès les premières phrases l’ambiance vous happe. Dans un non-style qui en devient un, laissant toute la place à l’histoire. Rien que l’histoire. Claudie Gallay dépeint merveilleusement l’ambiance si particulière des petits villages. De ces micro-communautés qui vivent repliées sur elles-mêmes. Où tout le monde épie tout le monde. Avec le rythme de la mer qui imprime sa loi. Avec le café de Lili qui est le centre du monde. De leur monde. Avec ses coutumes. Son idiot (Max, qui nettoie les tombes et vole les fleurs). Ses secrets (le naufrage des parents de l’inconnu arrivé le soir de la tempête). Son notable (monsieur Anselme qui ne pense qu’à Prévert). Son gardien de phare (Théo : a-t-il éteint la lampe du phare le jour du drame ?). Et tous les autres : le sculpteur Raphaël, et sa sœur Morgane, belle épigénie en mal d’amour. L’Irlandaise qui tient un bed-and-breakfast, et tant d’inconnus forts en relief. Puis la narratrice. Une biologiste en exil de société. Venue là depuis six mois étudier les oiseaux migrateurs pour se remettre d’un drame.


Lambert, puisque c’est son nom, est là pour vendre la maison familiale. Officiellement. L’affaire de deux, trois jours. Mais il reste. Pourquoi ?
La narratrice passe son temps à errer sur les landes. À faire ses relevés. Elle parvient aussi à délier les langues. Sans doute lui parle-t-on car elle n’est pas d’ici. Paradoxe. Elle intrigue Lambert qui se livre petit à petit. Il y a quarante ans, toute sa famille a péri dans le naufrage de leur embarcation. Théo était de garde au phare. Que s’est-il réellement passé ?


Diablement menée, cette histoire est un piège dans lequel tombe le lecteur dès les premières pages. Grâce à une construction aérée, aux phrases courtes, au rythme léger et aux nombreux dialogues. Grâce aussi à un univers particulier. Au poids du non-dit qui transpire derrière chaque personnage. Les étoffant au fur et à mesure que l’on découvre ce qu’ils sont en réalité. Les haines ressortent. Les anecdotes. Les portraits. Les modes de vie. La rudesse des conditions.


C'est magnifiquement enlevé. C’est palpitant. C’est un jeu de massacre qui noue la condition humaine dans sa cruelle perspective. La rendant attachante car tellement fragile. Si cruelle, aussi. Le carcan qui entrave le désir, allant jusqu’à briser une existence. À cause de la tradition. De l’amour interdit. Du regard de l’autre. Portraits des hommes dans leur nudité première, ces déferlantes iront fracasser l’impossible émoi des cœurs purs sur l’autel des convenances. Une démonstration imparable de la couardise humaine. Une leçon de modestie. 

Un grand livre.


Annabelle Hautecontre


Claudie Gallay, Les déferlantes, éditions du Rouergue, coll. "la brune", mars 2008, 524 p. - 21,50 €    

Grand Prix des lectrices de ELLE, 2009


Lire l'article consacré aux Déferlantes de Julie Lecanu

Lire l'entretien accordé par Claudie Gallay à Julie Lecanu

il y a 2 ans Suivre · Utile · Commenter
à suivre sur le salon littéraire






RENTREE LITTERAIRE

Retrouvez les livres de la rentrée septembre 2014


● LES RENCONTRES DU SALON
Retrouvez les dernières interviews du Salon littéraire : > Sylvie Nordheim > Tatiana de RosnayYasmina Khadra > Clarisse Mérigeot >  Philip Le Roy > Gérard Courant > Maria PourchetChristophe Gans > Stéphanie Janicot > Michel Serres 


 NE LISEZ PAS CES LIVRES !
Et si les écrivains eux-mêmes vous donnaient dix bonnes raisons de ne pas lire leurs livres !

● CHRONIQUES

de Marc Villemain

Humeur et mauvaises humeurs de Gerald Messadié

José Correa

Emmanuelle de Boysson

Çà & là par 
Claude-Henri Rocquet 

de Joseph Vebret

La sélection littéraire 
d'Annick Geille


biographies et résumés d'oeuvres
 BIOGRAPHIES D’AUTEURS
Panorama de la littérature de tous temps et de tous pays. Biographies d'auteurs.

 RÉSUMÉS D’ŒUVRES
Résumés et analyses des grandes œuvres de la littérature classique et moderne.

LE SALON EST PARTENAIRE DE




retrouvez nous aussi sur
Close

Connexion à Le Salon Littéraire

Connexion à Le Salon Littéraire
 
Inscription
Close

Voulez-vous utiliser la version mobile ?